janvier 1, 2022

Conseils pour gérer l’asthme pendant les hivers

Par MAXPONTON

[ad_1]

L’asthme a tendance à s’aggraver pendant les hivers en raison de plusieurs facteurs. Voici certaines choses que les patients asthmatiques peuvent faire pour réduire le risque de crise d’asthme pendant la saison froide.

L’asthme est une affection respiratoire caractérisée par un gonflement soudain, un rétrécissement et la production d’un excès de mucus dans les voies respiratoires en réponse à des déclencheurs spécifiques tels que l’air froid et sec, la pollution, les pollens, les squames d’animaux, etc. Cela peut entraîner une crise d’asthme ou exacerbation caractérisée par un essoufflement, une toux, une respiration sifflante, des douleurs thoraciques et des troubles du sommeil. L’asthme peut également avoir un impact sur les activités quotidiennes d’une personne et est associé à une mauvaise qualité de vie chez les patients. Les patients asthmatiques, en particulier les enfants, signalent une fatigue diurne, un manque de concentration et un nombre accru de jours manqués à l’école et au travail. Environ 49 pour cent des écoliers asthmatiques manquent un jour ou plus à l’école chaque année. Dans les cas graves, les patients peuvent avoir besoin d’une hospitalisation pour éviter la mort.

À l’heure actuelle, il n’y a pas de remède pour la maladie. La prise en charge est principalement axée sur la gestion des symptômes, la prévention des déclencheurs et la prévention de l’exacerbation par des changements de mode de vie et des médicaments.

Charge de morbidité actuelle

Selon le rapport publié par l’Organisation mondiale de la santé, l’asthme a touché près de 262 millions de personnes dans le monde en 2019, soit 4 61 000 décès. Des antécédents familiaux d’asthme et la présence d’autres affections allergiques telles que l’eczéma et le rhume des foins sont associés à un risque accru d’asthme. Le faible poids à la naissance, la naissance prématurée, l’exposition à la fumée, la pollution de l’air et les infections virales affectant le système respiratoire sont quelques-uns des facteurs de risque importants chez les enfants. De plus en plus de preuves suggèrent également que l’urbanisation rapide et les changements de mode de vie sont des contributeurs importants à l’augmentation des cas d’asthme dans le monde. L’obésité étant un facteur de risque indépendant d’asthme, sa prévalence croissante se traduit par une augmentation des cas d’asthme dans le monde. De plus, l’industrialisation entraînant une augmentation de la pollution de l’air et une exposition professionnelle aux produits chimiques, aux fumées et à la poussière sont également à l’origine de cas d’asthme élevés au cours des dernières décennies.

L’asthme touche environ 6 % des enfants et 2 % de la population adulte en Inde. Des études menées auprès de la population indienne suggèrent que l’utilisation de bois de chauffage pour la cuisine, les animaux de compagnie, l’obésité et l’absence de mesures de ventilation telles que la cheminée à la maison étaient associées à un risque plus élevé d’asthme.

Impact des hivers sur l’asthme

L’asthme a tendance à s’aggraver pendant les hivers en raison de plusieurs facteurs, à savoir le temps froid et sec, le risque accru d’infections pulmonaires, le risque plus élevé d’exposition aux moisissures, aux acariens et à la pollution intérieure comme les poêles à bois. L’air froid et sec a tendance à irriter les voies respiratoires et à contracter les muscles respiratoires. Les infections pulmonaires augmentent le risque d’exacerbation de l’asthme. En plus de se faire vacciner contre la grippe, d’éviter de sortir par temps froid et de prendre des précautions pour éloigner les infections respiratoires, l’exercice physique régulier peut jouer un rôle crucial dans la réduction du risque de crise d’asthme.

Mode de vie sédentaire et asthme

Chez de nombreux patients souffrant d’asthme non contrôlé, une activité physique vigoureuse ou des exercices intenses peuvent entraîner une exacerbation des symptômes. Cela peut conduire le patient à arrêter complètement de faire de l’exercice et à adopter un mode de vie sédentaire. Par exemple, une étude a établi que seulement 24 pour cent des enfants asthmatiques font de l’exercice régulièrement pendant 60 minutes, comme cela est recommandé chez les enfants pour une croissance optimale. L’exercice de routine est sans danger chez les enfants ayant un contrôle adéquat de l’asthme. De plus en plus de preuves chez les patients asthmatiques suggèrent qu’une activité physique modérée est liée à un meilleur contrôle de l’asthme et à un nombre moindre d’exacerbations. Sur la base des résultats de ces preuves, les directives internationales de gestion de l’asthme – The Global Initiative for Asthma (GINA) recommandent une activité physique régulière pour les asthmatiques afin d’améliorer leur état de santé général. Une activité physique régulière d’intensité modérée d’environ 30 à 45 minutes par jour chez les patients adultes asthmatiques contribue non seulement à développer une bonne immunité contre la lutte contre les infections, mais aide également à lutter contre l’obésité, un facteur de risque important d’asthme non contrôlé.

Par exemple, une grande étude basée sur la population au Danemark a montré qu’une activité physique modérée à élevée était associée à un meilleur contrôle de l’asthme chez les fumeurs. De même, une autre étude a montré qu’un exercice d’aérobie léger à modéré au moins 3 fois par semaine pendant 30 minutes ou plus, en plus de l’entraînement musculaire et des étirements, améliorait le contrôle de l’asthme de 23 %, y compris l’essoufflement de 30 % chez les patients. Plusieurs études menées auprès d’enfants asthmatiques confirment également que l’exercice physique a entraîné une amélioration significative du nombre de jours sans symptômes d’asthme.

Comment faire de l’exerciceen toute sécurité avec asthme

Pour éviter une crise d’asthme soudaine, il est important de suivre une routine pendant l’exercice.

  • Échauffez-vous et refroidissez-vous toujours avant et après chaque séance d’entraînement. Cela réduira votre risque de crise d’asthme.
  • Commencez lentement et augmentez progressivement.
  • Ne vous surmenez pas. Faites de l’exercice dans vos limites.
  • C’est une bonne idée de transporter vos médicaments de secours pendant la séance d’entraînement, en cas d’utilisation d’urgence.
  • En hiver, évitez de faire de l’exercice à l’extérieur lorsque l’air est froid et sec. Vous pouvez opter pour la natation, les promenades l’après-midi, l’exercice en salle à la place.
  • En cas de symptômes, évitez de faire de l’exercice à moins que vos fonctions respiratoires ne redeviennent normales.

Tous les patients doivent avoir un plan d’action écrit contre l’asthme adapté à leur niveau de maîtrise de l’asthme et de connaissances en matière de santé, afin qu’ils sachent comment reconnaître et réagir à l’aggravation de l’asthme.

L’article est rédigé par le Dr Divyashree, consultant en pneumologie, Hôpital Manipal Jayanagar.

Avertissement: Les opinions exprimées dans cet article appartiennent à l’auteur. Il est conseillé aux lecteurs de faire preuve de discrétion et d’essayer les conseils/remèdes mentionnés uniquement sous la supervision et les conseils d’un médecin.

Le bien-être total est maintenant à portée de clic.

Suivez-nous sur



[ad_2]